Situation économique de LUXEMBOURG

Situation Economique de Luxembourg

Sources: UEL ( Union des Entreprises Luxembourgeoises )

Chiffres pour l'année 2012:

Depuis la crise de 2008, le revenu national brut par habitant à considérablement baissé

en termes de parité de pouvoir d'achat (revenu moyen), en 2007 il était de 55.182 €/an par rapport à l'année

2012 ou il atteint 48.190 €/an soit 6.692 € de pouvoir d'achat en moins sur 5 ans.

Par contre sur cette période de 5 ans, 42.600 emplois ont été créée.

 

La valeur de la production par habitant à fortement diminué car depuis l'année 2000 car nous sommes

à -15% alors que nos partenaires européens sont à + 3.5% pour la même période.

. Les coûts salariaux unitaires nominaux pour produire une unité de PIB à considérablement augmenté
  depuis 12 ans creusant un désavantage de compétitivité de nos entreprises par rapport aux économies
  concurrentes, en particulier l'Allemagne mais également les autres pays de la zone euro.
 
. Cette situation à conduit depuis les 5 dernières années, l'abandon à la délocalisation vers l'étranger
  de capacité de production faute de croissance économique sur notre territoire.
 
. Alors que la production (PIB) stagne, que l'emploi augmente, le coût salarial nominal continue à croître.

  Ce paradoxe tient à l'indexation des salaires ( *garant de la paix sociale, absence de grève nationale à souligner *PH.)

. Une inflation qui persiste à être supérieure à la moyenne européenne et à des conventions collectives.

. La Conséquence en est une dégradation de la rentabilité des entreprises, un désiquilibre croissant des finances publiques.

. Une faillite à terme de nos systèmes sociaux et en particulier de l'assurance pension, dont les prémisses de réformes à long

  terme tablent sur une croissance de 3% alors que le taux moyen des 5 dernières années écoulées à été de 0%.


Il est à noter que dans ce contexte les finances de l'état central étaient en déficit 9 fois au cours des 10 dernières années et que

la dette publique a triplé pendant cette période.

Force est de constater qu'au vu des indicateurs, notre pays continue à perdre en compétitivité dans les indices internationaux dans

lesquels nous figurions traditionnellement dans le peloton de tête au cours de la décennie précédente.

.Voilà pourquoi les chefs d'entreprises et les responsables de l'Union des Entreprises Luxembourgeoises sont inquiets

 de la situation économique de notre pays.


L'UEL n'est pas fétichiste de la compétitivité, mais elle donne à considérer que le meilleur niveau de vie n'est compatible qu'avec

la plus grande compétitivité . Et perdre en compétitivité signifie inexorablement à terme réduire notre niveau de vie, diminuer notre

protection sociale, augmenter le chômage pour ceux qui sont les moins qualifiés.

. La situation de la Grèce, de l'Irlande, du Portugal, mais aussi les drastiques mesures d'austérité engagées en Espagne ou

  en Italie illustrent la brutalité des lois économiques une fois que les gouvernants, les entreprises et les partenaires sociaux

  ont perdu le contrôle de la situation.

Les solutions d'après l'UEL:

. Attirer des entreprises nouvelles dans les secteurs de la technologie, de la logistique et des services financiers en particuliers.

. Encourager l'entrepreunariat en particulier chez les jeunes tant dans les secteurs traditionnels de l'artisanat, du commerce

  et des PME/PMI que dans les activités nouvelles;

. Faire en sorte que les très nombreux Luxembourgeois continuent à souhaiter rester dans notre pays pour y exercer leurs talents

  et contribuer à l'essor de l'économie.

Propos de Michel Wurth Président de l'UEL

 

 

 

 




 
 
You need to be connected to post a comment